Le Vidal s’intéresse à la cigarette électronique.

La célèbre base de donnée de médecine Vidal s’intéresse à la cigarette électronique.

Le Vidal, médium de référence en matière de produit de santé a récemment abordé le sujet de la cigarette électronique à travers les conclusions de la « méta-analyse » publiée dans la revue addiction de fin Juillet.

Résultats prometteurs pour le sevrage, faible nocivité par rapport au tabac

Tout d’abord, aucun élément ne permet d’établir si des effets indésirables existent véritablement pour les vapoteurs. Il est nécessaire de tenir une intense prévention par rapport aux ingestions de e-liquide, la nicotine étant potentiellement dangereuse voire mortelles suivant les concentrations, bien que la dose létale soit encore discutée.

D’après les experts à l’origine de ces études, les produits potentiellement toxiques dans la cigarette électronique sont très largement moins élevés que dans les fumées du tabac.

Cette méta-analyse souligne l’efficacité de la cigarette électronique auprès des fumeurs, la e-cigarette et véritablement à prendre en considération. L’adhésion des consommateurs à cette solution est grandissante. entre 12 à 14% des utilisateurs ayant expérimenté la cigarette électronique sont devenus des vapoteurs réguliers. Ce dispositif paraît tout aussi efficace sinon plus que les autres solutions disponibles sur le marché. D’après cette analyse menée auprès d’un large public, une forte proportion des vapoteurs déclare avoir réduit leur tabagisme voir complètement arrêter ou totalement la cigarette conventionnelle.

Les auteurs de cette analyse considèrent que le cigarette à un impact réellement positif sur la santé publique. Ils soulignent aussi que peu de non-fumeurs se tournent vers le vapotage et même si les potentiels dangers liés à la cigarette électronique restent mineurs cela ne doit pas empêcher son développement. Ils appellent cependant à continuer les études portant sur la sécurité de ces produits.

À la suite de cet article vous vous posez sans doute cette question, pourquoi le Vidal s’intéresse de si près à un produit qui n’est pas considéré comme un médicament.

Laisser un commentaire