Test de l’Aerotank Mega

Test de l’Aerotank Mega

Mega… Ultra… Supra… Giga… Tera… Des mots plein de promesses et je crois que c’est pour cette raison qu’un jour, j’ai investi dans un Aerotank Mega. C’est grâce à cet accessoire que j’ai pu découvrir des arômes de qualité, haut de gamme, sans passer par le reconstructible. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Le reconstructible, c’est la solution idéale pour apprécier un e-liquide. Mais, quand on n’est pas bricoleur, qu’on n’a pas envie de passer une demi-heure avant de prendre une aspiration, il doit y avoir un entre-deux, entre le tout-venant et le top du reconstructible.

Je pense que les Aerotank sont exactement cela, le milieu de gamme nécessaire, ni trop compliqué à utiliser, ni trop fade en bouche.

tout ce qui compose le pack de l'aerotank mega.

Voici pièce par pièce ce qui compose la pack de l’Aerotank Mega. Comme vous pouvez le constater, il y a deux résistances.

Le Mega, c’est le premier Aerotank que j’ai pu tester. La première réflexion que je me suis faite, c’est qu’il n’a de Mega que le nom. En effet, bien qu’il bénéficie d’un incroyable look d’objet de camionneur, la contenance n’est pas géniale. 3,8ml annoncé : vu l’espace qu’il occupe, on pouvait s’attendre à mieux. Le souci ne vient pas de là mais de l’impression de non remplissage qui peut exister. En effet, on accède au tank par le bas (le côté résistance si vous préférez, pas le côté drip tip). On met le liquide très facilement ; c’est même remarquable de ce point de vue, il est presque impossible de renverser tant l’ouverture est grande. En fait, c’est tout simplement la largeur de l’Aerotank Mega. On est loin des clearos où le flacon aiguille est obligatoire. On peut même déverser le contenu d’un flacon en verre de type Halo sans passer par l’utilisation de la pipette. On remplit jusqu’en haut de la cheminée, on arrête de verser un peu avant, pour ne pas prendre le risque d’avoir du liquide dans la bouche lors de la vape. Après le remplissage, on fixe la base, on visse, ça coulisse toujours très bien même après des mois d’utilisation. On retourne, et que voit-on à travers le pyrex ? Un réservoir à moitié plein. C’est le problème de tous les Aerotank, c’est franchement agaçant d’avoir rempli et de se retrouver avec l’impression que l’accessoire vous a aspiré 2ml rien qu’en le retournant. En réalité, c’est la conception qui est ainsi. Sur les Aerotank, avec un remplissage par le bas, on a cet effet là. Mais attention Kanger a pensé à vous si ce problème vous préoccupe. « Cachez ce plein que je ne saurais voir », pourrait-on dire.

L'Aerotank, dans sa version pyrex

L’Aerotank habillé de pyrex. Attention, ça casse.

Dans tous les Aerotank, mis à part le Turbo sur lequel je reviendrai à la demande générale, on a la possibilité d’opter soit pour un réservoir en inox, soit en pyrex. Et forcément, l’inox ne laisse pas voir le contenu. Certains n’aiment pas car on ne voit pas le liquide restant. Mais l’utilisateur régulier de la vape sait tout de même très bien, à quelques aspirations de la panne sèche, que le remplissage ne doit pas tarder. D’autre part, les clearos en pyrex ne donnent pas toujours l’information désirée sur le liquide restant. On a souvent une base métallique ou plastique qui cache les millilitres résiduels. Et les partisans de l’inox ne vivent pas dans la peur permanente de la chute. Après, c’est évidemment une question de choix mais je ne vois pas de défauts rédhibitoires à l’inox alors que le pyrex, quand c’est en mille morceaux, c’est déjà beaucoup plus complexe à vaper.

De toute façon Kanger met tout le monde d’accord en proposant les deux. C’est vraiment un avantage par rapport à la gamme Nautilus qui reste tout de même le concurrent direct. On a aussi le choix avec les produits Aspire mais les réservoirs en inox sont à acheter séparément.

Maintenant, venons-en à l’ADN de ce clearo : le rendu des arômes. Parce que c’est tout de même un peu ce qui nous intéresse. Il sera béni le jour où du matériel assez simple pourra restituer les arômes façon reconstructible. En fait, je suis persuadé qu’ils savent déjà le faire mais le delta qui existe entre un rendu clearo classique et celui du reconstructible va disparaitre très doucement, le temps que l’on nous vende une dizaine de produits supplémentaires. J’en sais rien, c’est mon côté théorie du complot : la Cia qui a tué Kennedy, qui nous cache les aliens à Roswell… Nabilla est une création de la NSA et c’est à cause de Hollande si les clearos de base n’ont pas le même rendu de saveur que les reconstructibles. Si, si. De toute façon, quand on commence une phrase par c’est la faute de Hollande, on est à peu près sur d’avoir 95% de gens qui sont d’accord.

L'aerotank Mega, version Inox.

L’Aerotank habillé en inox. Je n’ai jamais fait le test mais je crois qu’on peut taper dessus au marteau, ça ne bougera pas.

Mais revenons à nos fromages, enfin, nos arômes. La première fois que j’ai aspiré dans un Aerotank Mega, c’était un liquide que je connaissais parfaitement, probablement un Five Pawns et sans doute le Queenside. J’ai vraiment eu un choc. Je sortais d’une longue période sur Nautilus et avant, j’étais sur du bas de gamme. Alors forcément, quand on retrouve, même à 50%, les arômes qu’on a pu aspirer lors des salons, ça fait un choc.

Je l’ai beaucoup utilisé, comme tous les autres Aerotank. Avec des dizaines de liquides, du standard comme du haut de gamme. Tous les Alfaliquid se comportent parfaitement bien. C’est valable pour tout ce qui est européen, non crémeux. Pour des choses justement plus onctueuses, disons-le américaines, le clearo trouve ses limites, comme j’ai pu le voir avec le Queenside, même si j’étais ravi du résultat au premier essai. C’est vraiment beaucoup mieux que du matériel standard mais le chemin avant d’atteindre le reconstructible est éloigné. Une chose est sure : l’Aerotank Mega est un choix intéressant pour tout le monde. Pour les novices qui découvriront une autre expérience de la vape qu’avec de l’Evod, par exemple. Pour les vapoteurs confirmés aussi. Il n’est pas totalement farfelu de se servir d’un Aerotank même lorsque l’on possède la crème du matos philippin. Entre une demi-heure de bricolage et un changement de résistance, quand on est dans la rue et pressé, la résolution de l’équation est simple.

Oui, il faut changer de résistances assez régulièrement, 15 jours pour une vape intense. Mais l’objet est particulièrement bien conçu ; dès que la qualité de la vape baisse, il n’y a pas beaucoup de paramètres à vérifier : c’est la résistance, toujours. Ce qui prouve la fiabilité de l’ensemble du matériel.

L’Aerotank Mega est l’une des deux meilleures itérations de la famille, avec le Giant. Il brille par son rendu des arômes, sa simplicité d’utilisation – lors du remplissage notamment – et la possibilité de choisir l’inox ou le pyrex. Du très bon matériel qui s’inscrit dans la durée.

 

Laisser un commentaire