Non, l’IQOS n’est pas une cigarette électronique !

Comment s’y prend Philip Morris pour promouvoir l’IQOS à Paris ?

Le Parisien a mis en lumière cette semaine les techniques sournoises de Philip Morris pour promouvoir son IQOS.

> Pour ceux qui n’ont pas encore lu cet article, vous le retrouverez ici.

Ce géant de la cigarette, possesseur entre autre de Marlboro, passait (et continue probablement à passer) donc en toute illégalité des partenariats avec les restaurateurs Parisiens, qu’ils payaient en bons cadeaux pour que ceux-ci fassent le travail à leur place.

Comment s’y prennent-ils ? Rien de plus simple, Philip Morris demandent aux gérants des bars concernés d’organiser des soirées privées pendant lesquelles les serveurs ont pour mission de démarcher les clients en leur signifiant que des représentants de Philip Morris sont présents ce soir et qu’ils aimeraient leur faire découvrir la fameuse IQOS. Histoire que ce soit quand même intéressant pour le client, à la fin, Philip Morris leur offre un verre et un stick pour IQOS quasi-cadeau à 0,50 cts. Le restaurateur est lui aussi gagnant puisque l’on apprend que les bons cadeaux s’élèvent à plusieurs centaines d’euros par an et que Philip Morris envoie gratuitement de la PLV pour les bars qui en on besoin, cendriers, verres, pailles etc.

Je pense que nous serons tous d’accord ici pour dire qu’une telle attitude, aussi illégale soit-elle n’est pas choquante venant de Philip Morris. Pourquoi respecter la loi Evin lorsque l’on est le roi de l’enfumage depuis des années ? Après tout, contourner les lois a toujours été monnaie courante dans le milieu. Tout comme le mensonge. “Non la cigarette ne provoque pas le cancer, regardez notre cow-boy Marlboro comme il a l’air en pleine forme, soyez un homme, fumez et surtout ne vous inquiétez de rien !

Ce qui par contre est beaucoup plus choquant pour nous, fervents défenseurs de la Vape, ce sont les arguments utilisés par le représentant commercial dans la vidéo diffusée par Le Parisien. En effet on l’entend dire ouvertement que Philip Morris connaît mieux que personne d’autre les effets du tabac brûlé puisqu’ils travaillent la feuille de tabac depuis des années. Ce qui revient à dire, “Ok, on vous a filé des cancers volontairement depuis des années en sachant très bien ce que l’on faisait mais aujourd’hui avec l’IQOS on va essayer de le faire plus discrètement !”.

Le mec aurait pu s’arrêter là, mais non, il continue dans la désinformation. D’après lui, l’IQOS serait 95% moins nocif qu’une cigarette traditionnelle. Ce chiffre de 95% ne vous dit rien ? Pourtant il ne sort pas de nul part, c’est le chiffre avancé par Public Health England qui a démontré que la CIGARETTE ÉLECTRONIQUE était bien moins nocive que la cigarette traditionnelle.

C’est bien cette dernière phrase qui nous fait sortir de nos gonds.

L’IQOS n’est pas une cigarette électronique

L’IQOS n’a rien d’une cigarette électronique. C’est une cigarette traditionnelle que l’on enfourne dans un stick, qui lui est électronique, et qui va chauffer le tabac à 300 degrés au lieu de le brûler à 800 degrés, pour éviter la combustion (qui est tout de même présente d’après de nombreux rapports). Mais ça reste du tabac. La cigarette électronique ne contient pas de tabac mais du e-liquide.

Plusieurs spécialistes de santé sont déjà montés au créneau pour dire que l’IQOS serait tout aussi nocive qu’une cigarette normale. Dont le professeur Dautzenberg, pneumologue à la Pitié-Salpêtrière.

Philip Morris essaie donc d’embrouiller les gens pour qu’ils identifient l’IQOS à une cigarette électronique et qu’ils se sentent plus en sécurité. Le pire dans tout ça c’est que ça marche. On ne compte plus les gens qui rentrent en Vape Shop et qui demandent une IQOS.

Nous souhaitons donc bon courage à tous nos amis travaillant en Vape Shop car cette situation ne fait probablement que commencer. Faites preuve de pédagogie. Le jeu en vaut la chandelle !