Des cigarettes électroniques qui fuient, en 2022, ça peut encore exister mais c’est déjà beaucoup plus rare qu’il y a dix ans. Les problèmes de conception, sans être de l’histoire ancienne sont tout de même moins légions. Alors… Pourquoi ça arrive encore ? Ceci n’est pas un texte en réponse à un problème d’un modèle en particulier mais plutôt quelque chose de générique à toutes les fuites.

A moins d’une fissure dans le pyrex, ou un joint manquant, une fuite arrive toujours par l’airflow, l’arrivée d’air dans une e-cigarette. Alors première chose, si vous voulez partir sur des bonnes bases pour éviter une fuite, si vous n’avez pas encore choisi de clearomiseurs, optez pour une cigarette électronique avec un airflow situé AU-DESSUS de la réserve de liquide. Jamais, dans l’histoire de la vape et même dans l’histoire de l’humanité, un liquide ne s’est mis à défier la gravité pour remonter seul et s’immiscer dans l’arrivée d’air pour s’échapper. On peut même s’étonner qu’un si petit nombre de clearomiseurs propose des airflows en haut. La famille des Zeus de chez Geekvape propose cette configuration. Voici une idée si vous n’avez pas encore choisi de clearomiseur.

Maintenant, si votre clearo fuit et que vous voulez que ça cesse, la première chose est de bien vérifier que vous êtes à la bonne puissance et non pas en sous-régime. Il y a une plage d’utilisation pour chaque résistance et vous devez régler votre matériel en fonction de cette puissance, 15-25 watts par exemple. Régler une batterie à 12 watts avec une telle résistance est une cause de fuites. Et dans ce cas, soyons une toute petite souris dans la résistance pour voir ce qui se passe. Une partie de la vapeur va être absorbée par l’utilisateur. Mais la vapeur ne va pas être envoyée avec une belle puissance et une partie de celle-ci va stagner dans la cheminée centrale pour refroidir et se liquéfier de nouveau. Via la gravité, toujours elle, cette partie du liquide non évacuée va descendre dans la résistance pour la surcharger alors qu’elle même est en train de se charger par la capillarité du coton. Résultat ? Double dose de liquide dans la résistance. Tout le coton de la résistance est trop imbibé. Et il faut bien que ça s’évacue quelque part. Cela va donc fuir par tous les endroits ou cela peut fuir et l’endroit tout désigné, c’est l’airflow. On a donc bien compris qu’une fuite vient d’une manière générale d’un excédent de liquide dans la résistance. Voici donc les solutions pour remédier au problème non pas des fuites mais aux raisons des fuites.

  • Il faut absolument ne pas être en sous-régime. Si chaque aspiration est trop forte, même à la puissance la plus basse de la plage de la résistance, regardez s’il n’existe pas une résistance moins forte. Si vous êtes déjà à la puissance la plus basse de la résistance la plus faible, il serait peut-être pertinent de changer de clearomiseur. Si pour des raisons X ou Y, vous tenez absolument à garder ce clearomiseur, continuez de lire le texte, il y a peut-être encore malgré tout un espoir.

  • Ne soyez pas timide dans vos aspirations. Certains d’entre vous disent : oui mais ça brûle, c’est chaud. Donc, naturellement, vous tirez avec pondération et c’est la dernière des choses à faire. C’est précisément une aspiration profonde qui refroidit le système. L’intérieur d’une résistance, c’est la température de vaporisation d’un liquide de cigarette électronique, 180°. C’est chaud. Si vous n’émettez pas une aspiration autoritaire, la chaleur se concentre dans la résistance qui chauffe de façon exponentielle et même si on est loin des 180° intérieurs, ça se ressent malgré tout. En revanche, en aspirant fort, vous réduisez de façon spectaculaire la température. Aspirer timidement est la solution la plus contre-productive qui soit. Pour revenir à l’idée de base, en prenant des aspirations trop faibles, une partie du liquide reste dans la cheminée centrale et on en revient évidemment à une surcharge de liquide dans la résistance. 

  • Veillez aussi à être certain d’avoir le bon clearomiseur par rapport à ce que vous attendez d’une cigarette électronique. Il existe deux types de clearomiseurs, ceux à aspiration directe, ceux à aspiration indirecte. Pour schématiser, les plus gros, avec beaucoup de contenance sont à aspiration directe. Ils vont générer beaucoup de vapeur. Celle-ci s’aspire directement dans les poumons sans temporiser dans la bouche. La finalité est d’absorber une quantité de vapeur plus grande. On en revient à la surcharge de liquide dans la résistance et la fuite par l’airflow ? En temporisant dans la bouche, on absorbe une quantité bien moindre de vapeur que ce qui a été émis. Direction la résistance qui se surcharge en liquide etc. 

  • Malgré tout ceci, il reste tout de même une solution, même avec du matériel non adapté à votre façon de vaper, même avec une résistance en sous-régime. Ce n’est pas parfait mais on peut s’épargner les fuites les plus modestes. Après avoir relâché le bouton de la box qui permet de générer de la vapeur, continuez d’aspirer. Cela permet d’aller chercher l’excédent de vapeur générée et limiter grandement du liquide sur les doigts, dans les poches.

Pour une meilleure utilisation quotidienne de votre cigarette électronique, nous vous encourageons vivement à suivre les articles « Les solutions » sur notre blog pour comprendre le fonctionnement de l’e-cig.

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
100 %