« Last Week Tonight », une spéciale anti tabac

« Last Week Tonight », une spéciale anti tabac

Vous ne connaissez peut-être pas cette émission géniale présentée par John Oliver, un des ex-chroniqueurs du Daily Show de Jon Stewart, autre émission culte. Sur HBO, Oliver traite un sujet, les trois quarts du temps sur la politique intérieure américaine en informant mais surtout en faisant rire.

La dernière émission concerne le tabac et son industrie. Comment faire rire avec ce sujet ? Tout simplement en mettant en exergue le cynisme, la violence que les cigarettiers déploient face à certains états aux PIB modestes qui ont eu le sacrilège de vouloir faire baisser la conso de tabac nationale. C’est surréaliste de découvrir l’agressivité de ces firmes face à des gens qui n’ont rien. Pour faire rire, Oliver et son équipe collent un énorme nez rouge sur la tronche du cowboy Marlboro et PMI, Philip Morris International.

Comme il le faisait dans le Daily Show, Oliver alterne info et franche rigolade. On découvre grâce à lui une des tactiques de l’industrie du tabac pour faire pression sur les gouvernements : se servir des nouvelles règles du commerce. En gros, si des états s’estiment lésés par des lois de certains pays, il a droit de demander un arbitrage à l’OMC pour que celle-ci intervienne. Oliver prend l’exemple de l’Australie qui a été pointée du doigt par cinq états : Cuba, la République dominicaine, le Honduras, l’Indonésie et l’Ukraine. Dans un des documents de The Last Week Show, une responsable ukrainienne explique qu’elle avait d’abord pensé à une blague en voyant cette demande d’arbitrage, l’Ukraine ne vendant pas la moindre clope en Australie !

À la fin de l’épisode, Oliver, après avoir été gêné pendant tout son show par les images des paquets de clopes tente de faire une synthèse en couplant ce genre de vision à celle du cowboy ; ça donne un nouveau personnage assez étrange qui a déjà envahi les rues et les t-shirts de pays attaqués par PMI, Jeff que l’on retrouve derrière le hashtag #jeffwecan.

C’est brillant, provocateur, incroyablement bien écrit mais malheureusement tout en anglais. Et mieux vaut vous replonger dans vos cours qu’attendre des sous-titres corrects des sites spécialisés. C’est sur HBO mais à mon avis, ça reste un peu plus confidentiel que Game of Thrones.

 

Léo de Urlevan