INPES : 400.000 nouveaux non-fumeurs

Depuis que je suis tout petit – et ça commence à dater ; sans avoir dépassé la DLC, je crois bien que la DLUO vient d’être franchie, tiens, y’a pile cinq minutes – depuis tout petit donc, j’entends parler de deux chiffres qui évoluent. Le prix du paquet de clopes et le nombre de jeunes qui fument. Le fait que ces deux chiffres soient importants prouve peut-être qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas bien dans la lutte contre le tabac mais là n’est pas l’objet du sujet aujourd’hui.

Récemment, l’INPES (Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé) a publié les résultats d’une étude réalisée entre décembre 2013 et mai 2014. C’était un sondage réalisé par téléphone auprès de plus de 15.000 personnes. Avec autant de réponses, on peut commencer à parler d’échantillon représentatif. Le sujet portait évidemment sur la cigarette et la cigarette électronique.

Et bien nous sommes désormais 3 millions à avoir essayé l’e-cigarette, 1,5 million à vapoter quotidiennement et 400.000 à avoir définitivement arrêté la clope. Si on reprend LE chiffre de Marisol Touraine, ce sont 200.000 vies sauvées.

Bien entendu, entre 400.000 et 1,5 million, il y a un léger delta de gens qui passent de la clope à la cigarette électronique dans la même journée mais il y a quand même des bonnes nouvelles : 88% de ce 1,1 million considèrent qu’ils réduisent la quantité de cigarettes consommées. C’est surtout la preuve que la plupart des gens n’ont pas trouvé le substitut parfait que ce soit en termes d’apport en nicotine, de hit, de saveur ou la simplicité d’utilisation.

Une chose est sure : même si la cigarette électronique peut mieux faire, elle progresse envers et contre tout, malgré les études probablement dictées par l’industrie du tabac, la timidité du gouvernement (et nous verrons dans un prochain article les raisons de cette timidité ; je vous parlerai du livre de Matthieu Pechberty « L’état accro au tabac », passionnant). Car les meilleurs défenseurs de l’e-cig, ce n’est pas un quelconque lobby mais ses utilisateurs qui voient assez rapidement les améliorations sur leur santé : les retrouvailles avec les goûts, les odeurs, une meilleure respiration etc.

Le sondage INPES n’est pas simplement un rapport merveilleux qui explique que tout est formidable avec la cigarette électronique. On découvre en effet que 4,7% des jeunes de 15 à 17 ans qui n’ont jamais fumé sont utilisateurs de la cigarette électronique. Cela ne prouve évidemment pas la théorie de la passerelle (une idée sorti des cerveaux de British Tobacco qui affirme que l’e-cig est une passerelle pour les jeunes vers la consommation de tabac). De toute façon, même si tous les toubibs qui se sont penchés un peu sur la question expliquent avec pragmatisme qu’il vaut mieux vapoter que fumer, on rappelle qu’idéalement, il vaut mieux ne faire aucun de deux.

Mr E-Cigarette