E-cig Magazine 4 en kiosque, franchement mieux

E-cig Magazine 4 en kiosque, franchement mieux

J’ai un attachement particulier pour le print, autrement dit la presse papier ; probablement parce que j’y ai travaillé 15 ans et qu’occasionnellement, je continue quelques piges. La magie d’un texte imprimé est irremplaçable. Ce que vous avez pensé dans votre tronche devient un objet physique, palpable. J’ai donc énormément de respect pour la presse en général. Je n’ai pas mis la main sur le premier numéro d’E-Cig magazine, j’ai pris le train en marche au numéro 2. Et Un magazine sur la vape, c’était évidemment tout ce que je souhaitais. Je ne veux pas être condescendant sur certains titres mais quand vous voyez qu’il existe des magazines sur les truites ou les sangliers et qu’il y a encore 6 mois, il n’y avait rien sur la vape, un phénomène touchant deux millions de personnes, ça faisait bizarre.

Mais bon, disons que le numéro 2 d’E-cig Magazine… Comment dire ? Je suis resté sur ma faim. Bon, non, appelons un chat un chat, j’ai détesté. C’était écrit trop gros, il y a avait beaucoup trop de publi-rédactionnel à mon goût. Et surtout, pas franchement de tests et c’était pourtant l’occasion de savoir si un produit était bon ou pas.

Du coup, j’ai fait l’impasse sur le 3. Et je me dis que je me suis peut-être planté. Plutôt qu’acheter Sanglier magazine, j’aurais du acheter le numéro 3, je n’en sais absolument rien. Enfin si, je pense que je suis plus dans la cible d’E-Cig Magazine, vu que je ne suis pas chasseur. Et sans vouloir offusquer les amoureux des sangliers, je préfère avoir un chat sur mes genoux.

ecigmag4cover

La couverture du dernier numéro d’E-cig Magazine

 

Et le 4 a été une révélation, une redécouverte du magazine. C’est assez incroyable de constater à quel point l’équipe a su se poser des bonnes questions et rectifier le tir. Alors il y a encore pas mal de publi rédactionnels mais ça passe déjà beaucoup mieux (et vu l’état de la presse, disons que c’est un mal nécessaire). Les dossiers sont vraiment ultra intéressants et couvrent vraiment toute l’actu de la vape, tant au niveau du matériel (Nautilus vs Aerotank) que du sociologique (la vape au boulot) ou politique (les réactions sur le plan anti cancer de M. Touraine. Et bien évidemment, on a une belle couverture sur la Vapexpo.

On aimerait évidemment plus de tests, plus de pages, une périodicité bimestrielle (E-cig Magazine sort tous les trois mois, et si ma mémoire est bonne, un magazine ne peut rester que deux mois maximum en kiosque, mais peut-être que je me goure ou les choses ont changé).

Le magazine est vendu 6,90 euros et j’ai même réussi à le trouver dans la Creuse. Donc, normalement, ça se trouve partout. 6,90 euros pour E-cig Magazine, c’est à peu près le prix d’un flacon standard. Pour trois mois : ça correspond donc à quelques aspirations de moins par jour et on fait une œuvre charitable en encourageant une presse de qualité avec un journal imprimé sur un très beau papier et bien maquetté.

Léo de Urlevan

Laisser un commentaire